Thèmes Marquer toutes lesDécochez toutes les nouvelles

ministras.jpg

Le Ministre des Affaires étrangères

Linas Linkevičius

L'agenda du Ministre cv Twitter
Actualités Imprimer RSS

L’unique « Voie balte » est évoquée au siège de l’UNESCO à Paris

Créé 2019.11.13 / Mis à jour: 2019.11.13 17:36
    L’unique « Voie balte » est évoquée au siège de l’UNESCO à Paris

    Le 13 novembre à Paris, lors de la 40e Conférence générale de l’UNESCO, la représentation permanente de la Lituanie a organisé une commémoration pour le 30e anniversaire de la Voie balte. L’événement a aussi célébré le dixième anniversaire de l’inscription des archives de cet événement unique dans le registre international du programme de l’UNESCO « Mémoire du monde ».

    La représentante permanente de la Lituanie auprès de l’UNESCO l’ambassadrice Irena Vaišvilaitė a attiré l’attention des invités sur les conséquences du pacte Molotov-Ribbentrop, dont la Voie balte commémorait le 50e anniversaire.

    « L’occupation qui a duré un demi-siècle a signifié de nombreuses victimes et souffrances, le développement des pays a été stoppé. Les pays, dont le destin a été impacté par les décisions du pacte Molotov-Ribbentrop, connaissent très bien le prix de la liberté, c’est pourquoi la Lituanie défend, dans le cadre de l’UNESCO, les pays dont l’intégrité territoriale et la souveraineté sont menacées », a déclaré l’ambassadrice à la communauté de l’UNESCO.

    Commandé par le ministère lituanien des Affaires étrangères, le film « Unique Voie balte », réalisé par la réalisatrice Laura Paukštė et l’équipe artistique TymDrym a été projeté aux personnes présentes à la commémoration. Les participants ont également été salués par le sous-directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information Moez Chakchouk.

    La Voie balte est une chaîne humaine de 2 millions de personnes sur 600 kilomètres reliant la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie, organisée le 23 août 1989. La représentante permanente de la Lituanie a attiré l’attention lors de l’événement au siège de l’UNESCO sur le contexte technologique compliqué de l’époque pour préparer cette manifestation, où, en l’absence de réseaux sociaux, la coordination s’est faite via la radio et dans les communautés locales.

    Recevoir la lettre d’information